L’UMONS décroche 6 MEU pour son projet FEDER 2014-2020 DigiSTORM

Les décisions du Gouvernement Wallon pour le plan FEDER 2014-2020 ont été rendues publiques fin mai 2015.
(voir le reportage de TELEMB sur le sujet).

L’UMONS totalise pour 22MEU de projets acceptés. Le plus gros de ces projets, DigiSTORM, a été déposé par les Instituts NUMEDIART et HUMANORG de l’UMONS, et se voit financé pour plus de 6 MEU.

L’objectif principal de DigiSTORM est le développement des liens et synergies entre entreprises, centres de R&D et enseignement supérieur, grâce à la mise en place d’un living lab urbain, qui favorisera la création de nouvelles entreprises ICC (Industries Créatives et Culturelles) et le développement des entités économiques préexistantes.
Un living lab est un lieu privilégié de coopération entre des laboratoires de recherche, des entreprises, des collectivités locales, ainsi que des utilisateurs potentiels.
La méthodologie adoptée par les living labs favorise l’innovation ouverte.
L’intérêt majeur d’un living lab pour les entreprises et les porteurs de projets est d’avoir accès à coût marginal à une infrastructure permettant de valider et de tester leurs idées sous tous ses aspects.

Chaque année, un ou plusieurs projets pilotes y seront menés par les partenaires de DigiSTORM, qui déboucheront ensuite sur des projets tiers, à l’initiative d’acteurs ICC et avec le soutien du living lab. Ces projets seront alimentés en technologie (interfaces homme-machine, recherche d’information multimédia, espaces intelligents) par les équipes de recherche de l’institut NUMEDIART (UMONS) avec un soutien de centres de recherche MULTITEL et CETIC; ils recevront également un soutien entrepreneurial par La Maison de l’Entreprise (LME) et par l’Institut HumanORG (UMONS), et la formation continue des personnes qui y seront attachées sera assuré par Technocité. Les projets seront orientés « développement urbain » (musées 2.0, eTourisme, Spectacles urbains, etc.).

La construction d’un bâtiment est également prévue sur le Parc Initialis pour héberger UMONS et LME à proximité des bureaux de Technocité, et accentuer les synergies avec les entreprises de la Digital Innovation Valley

Le projet est porté pour l’UMONS par les Prof. T. Dutoit et A. Finet. T. Dutoit est président de l’Institut NUMEDIART pour les technologies créatives (www.numediart.org), qui travaille activement avec les entreprises ICC de la région depuis 2007 et A. Finet est président de l’institut HumanORG pour le développement humain et des organisations. Dans ce cadre, les apports relèvent de l’entrepreneuriat et de la gestion des entreprises en phase de croissance.

NUMEDIART reçoit 3.8 MEU, dont 1.7 MEU pour le personnel et le fonctionnement du living lab, et 2.1 MEU pour le développement des activités de R&D technologique (là aussi essentiellement du personnel et du fonctionnement). A cela s’ajoutent 380 kEU pour l’Institut HumanORG, et 2 MEU pour la construction d’une aile du bâtiment qui hébergera DIGISTORM (l’autre aile est financée par le FSE et attribuées à Technocité).

L’UMONS s’est inscrite récemment comme partenaire fondateur du HUB Créatif du Cœur de Hainaut (Creative Valley). Ce portefeuille DigiSTORM va permettre de poursuivre et de développer l’action passée du NUMEDIART dans le domaine des ICC, avec cette fois un positionnement fort dans le partenariat du HUB, et une mission entrepreneuriale explicite et du personnel dédié au living lab. Nos indicateurs de performance annoncés prennent donc cette fois en compte non seulement la qualité des recherches mais aussi le nombre d’emplois créés à terme. Il faut à ce niveau mettre DigiSTORM en lien avec le développement du parc Initialis 2. Une analyse menée par HumanORG a montré que le centrage ICC/TIC d’Initialis a apporté 700 emplois locaux. C’est cette tendance que nous voulons contribuer à accentuer en regroupant des inputs technologiques et économiques au sein d’un même endroit. L’objectif est donc de connecter au plus près des porteurs de projets des perspectives complémentaires d’analyse.

Le programme devrait démarrer en septembre-octobre, en fonction de la disponibilité des fonds. A raison d’une thématique par an pour les projets pilotes, nous devrions pouvoir mener ce projet jusqu’en 2022 voire 2023, ce qui permettra d’en mesurer les effets durant le projet lui-même.